À la recherche d’autres délateurs

D’autres suspects

Boek van Melissa Mueller
La couverture du livre de Melissa Müller Anne Frank, la biographie.
  • Imprimer

En 1998, Melissa Müller, dans sa biographie d'Anne Frank, indique que Lena Hartog-van Bladeren pourrait être la coupable. Deux ans plus tard, Carol Ann Lee, dans une biographie d’Otto Frank avance une autre hypothèse. Selon elle, une connaissance d’Otto Frank, Tonny Ahlers,  serait le vrai coupable. Par la suite, d'autres personnes encore seront encore mentionnées.

Lena Hartog-van Bladeren

En 1998, paraît « La vie d' Anne Frank» de Melissa Müller. Dans on livre, celle-ci écrit que l'autre magasinier, Lammert Hartog, a certainement su, lui aussi, que des Juifs se cachaient dans l'Annexe, ainsi que sa femme, Lena Hartog-van Bladeren. Cette dernière travaillait alors comme femme de ménage au Prinsengracht 263 mais aussi chez Petrus et Anna Genot. Petrus Genot était employé de l'entreprise du frère de Kleiman.

Lors de son interrogatoire en 1948, Lena Hartog ne dit pas à la police qu'elle a travaillé au Prinsengracht 263. Selon une déclaration d'Anna Genot datant de 1948, Lena lui aurait confié en juillet 1944 qu'elle craignait beaucoup pour la sécurité de son mari, étant donné que des Juifs se cachaient au Prinsengracht. À Bep également, elle aurait dit qu'ils risquaient tous leur vie si la cachette était découverte.

Melissa Müller suggère dans son livre que les clandestins ont vraisemblablement été dénoncés par Lena Hartog-van Bladeren. On ne dispose cependant d'aucune preuve. Il est vrai que les enquêtes de 1948 et de 1963-64 ont surtout porté sur Willem van Maaren et que le rôle de Lena Hartog-van Bladeren et de son mari n'ont jamais fait l'objet de recherches avancées.

Tonny Ahlers

Otto Frank et Tonny Ahlers se rencontrent pour la première fois en avril 1941, c'est-à-dire avant la période de clandestinité. Lors d'une conversation avec lui, Otto Frank exprime des doutes quant à une victoire allemande. À la suite de cet entretien, son interlocuteur le dénonce par courrier à la Gestapo. Tonny Ahlers, qui fréquente alors les milieux du NSB et du SD, intercepte la lettre et s'en sert pour extorquer de l'argent à Otto Frank en échange de son silence.

Selon Carol Ann Lee, cette extorsion ne s'est pas arrêtée là et Tonny Ahlers a continué à faire chanter Otto Frank. Ahlers affirmera après la guerre qu'il savait que les clandestins se cachaient dans l'Annexe. Bien qu'elle qualifie systématiquement Ahlers de peu fiable et de menteur, c'est Tonny Ahlers, selon Carol Ann Lee, qui aurait dénoncé les clandestins.

Enquête du NIOD

En 2003, l'Institut néerlandais pour la documentation sur la guerre (NIOD) étudie les théories sur Lena Hartog-van Bladeren et Tonny Ahlers. Ces deux théories sont sous-pesées et jugées trop légères.

Le rapport du NIOD se termine donc par la conclusion suivante :

"Nous devons malheureusement réitérer nos conclusions de 1986 : « Il n'est plus possible de reconstituer les circonstances ». Cela est évidemment regrettable, nous aurions aimé dévoiler le ou les noms des coupables afin de clore ce chapitre de l'histoire d'Anne Frank. Ce n'est pas le cas. Il n'est pas exclu que dans l'avenir de nouvelles hypothèses soient avancées quant à la dénonciation. Il faudra attendre pour voir si ces hypothèses se fonderont sur des sources."

Téléchargez le rapport du NIOD (en anglais).

L'institut néerlandais pour la documentation sur la guerre

Nouvelles hypothèses

Depuis, de nouvelles hypothèses ont effectivement été émises. Le journaliste Sytze van der Zee attribue la responsabilité à Ans van Dijk, exécutée pour délation en 1948. Par ailleurs, un livre est paru sur Bep Voskuijl, qui faisait partie des protecteurs, de la plume de son fils Joop van Wijk et du coauteur Jeroen de Bruyn. Ils avancent dans ce livre l'implication de la soeur de Bep, Nelly, en raison de ses contacts avec des militaires allemands. La Maison Anne Frank ne voit aucune raison d'adhérer à cette hypothèse.

Suppositions Le délateur était-il l’un des magasiniers ?

On n'a jamais réussi à savoir si les clandestins ont été dénoncés et, si oui, par qui...

Lire la suite...
Boek van Melissa Mueller

D’autres suspects À la recherche d’autres délateurs

En 1998, Melissa Müller, dans sa biographie d'Anne Frank, indique que Lena Hartog-van Bladeren pourrait être la coupable...

Lire la suite...