Quatre employés d’Otto Frank aident les clandestins.

Quatre membres du personnel

Miep Gies (à gauche) et Bep Voskuijl.
  • Imprimer

Quatre employés de l’entreprise d’Otto Frank aident les clandestins : Miep Gies, Johannes Kleiman, Victor Kugler et Bep Voskuijl. Jan Gies, le mari de Miep, les aide également, et par ailleurs le père de Bep, Johannes Voskuijl, est dans le complot.

Anne écrit:

"Jamais nous n'avons entendu un seul mot faisant allusion au fardeau que nous représentons certainement pour eux, jamais l'un d'eux ne se plaint que nous sommes une trop grosse charge. Chaque jour, ils viennent tous en haut, parlent d'affaires et de politique avec les messieurs, de nourriture et les tracas de la guerre avec les dames, de livres et de journaux avec les enfants." 

Qui est qui ?

Clandestins et protecteurs.

Histoires de vie

Les quatre protecteurs travaillent depuis longtemps pour Opekta, Miep Gies et Victor Kugler depuis 1933 et Bep Voskuijl depuis 1937. Johannes Kleiman n’entre à Opekta qu’en 1938, mais Otto Frank le connaît depuis 1923. Des rapports très amicaux existent entre le directeur et les employés.

Des punitions sévères

Johannes Kleiman et Victor Kugler sont les premiers à être informés sur l’Annexe. Miep Gies et Bep Voskuijl le sont un peu plus tard.

Otto Frank leur demande s’ils sont prêts à aider sa famille et les Van Pels. "Ils ont tous répondu ‘oui’ sans hésiter, tout en sachant pertinemment ce qu’ils risquaient. Ceux qui aidaient des Juifs s’exposaient à des punitions sévères comme la prison, la déportation ou même l’exécution." écrit Otto Frank après la guerre.

Le bureau de devant C’est dans ce bureau que travaillaient Miep Gies, Bep Voskuijl et Jo Kleiman (photo de l’annexe réaménagée : Allard Bovenberg).

Totalement dépendants

À partir du moment où les Frank et les Van Pels, et plus tard Fritz Pfeffer, entrent dans la clandestinité, ils dépendent entièrement de leurs quatre protecteurs. Après le 6 juillet 1942, la vie de Miep Gies, Victor Kugler, Johannes Kleiman et Bep Voskuijl est entièrement dominée par leurs responsabilités envers les habitants de l’Annexe. Cependant, contrairement à ces derniers, ils peuvent de temps en temps se détendre en prenant quelques jours de vacances, en allant au cinéma ou chez des amis.

Les affaires continuent

Pendant que les clandestins se cachent dans l’Annexe, l’entreprise d’Otto Frank continue à fonctionner comme si de rien n’était. Les magasiniers au rez-de-chaussée ne sont pas au courant, excepté le chef magasinier Johan Voskuijl, le père de Bep. Fin août 1942, il fabrique un système de rayonnages pivotant, « la bibliothèque », qui dissimule l’entrée de l’Annexe.

Le magasin Les magasiniers ne savent rien (Photo de l’annexe réaménagée : Allard Bovenberg).

La visite du midi

Dans la journée, les clandestins doivent se montrer très prudents et rester silencieux. Il ne faut pas que le personnel des bureaux les entende. À midi, lorsque les employés rentrent chez eux, les protecteurs se rendent souvent à l’Annexe pour y prendre leur repas. Les clandestins attendent avec impatience ces visites.

Quatre membres du personnel Quatre employés d’Otto aident les clandestins

Quatre employés de l’entreprise d’Otto Frank aident les clandestins : Miep Gies, Johannes Kleiman, Victor Kugler et Bep…

Lire la suite...

Nombreuses tâches Entre autres, faire des courses et remonter le moral

Les protecteurs leur apportent de la nourriture, des vêtements, des livres et toutes sortes d’autres choses...

Lire la suite...