L'histoire d'Anne Frank

En bref

  • Imprimer

Anne Frank est une jeune fille juive qui pendant la Seconde Guerre mondiale a dû entrer dans la clandestinité afin d'échapper aux nazis. Avec sept autres personnes, elle se cache dans l'annexe du 263 Prinsengracht, à Amsterdam. Après un peu plus de deux ans, tous les habitants de l'annexe sont découverts et déportés vers des camps de concentration. Des huit clandestins, seul le père d'Anne, Otto Frank, survit. Après sa mort, Anne devient célèbre à travers le monde entier grâce au journal qu'elle a tenu durant la clandestinité.

L'Annexe en ligne

Visitez virtuellement l’Annexe telle qu’elle était

Entrez

Anne Frank’s Amsterdam

View the city’s timeline before, during and after the war.

To the website

Ligne du temps Anne Frank

Avec des photos, des passages audio et vidéo exceptionnels

Va à la ligne du temps

Vivre en Allemagne

Anne Frank naît le 12 juin 1929 dans la ville allemande de Francfort-sur-le-Main, où la famille de son père vit depuis de nombreuses générations. La sœur d' Anne, Margot, est de trois ans et demi son aînée. La crise économique, la montée d'Hitler au pouvoir et l'antisémitisme croissant mettent fin à la vie sans souci de la famille. Otto Frank et sa femme Edith décident, comme de nombreux autres Juifs, de quitter l'Allemagne.

Une nouvelle vie aux Pays-Bas

Otto peut monter une entreprise à Amsterdam et la famille trouve un logement à la Merwedeplein (place Merwede). Les enfants vont à l'école, Otto est très pris par son travail et Edith s'occupe de la maison. Alors que la menace de guerre en Europe s'intensifie, Otto essaie d'émigrer avec sa famille en Angleterre ou aux Etats-Unis, mais ses tentatives échouent. Le 1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne. C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

La guerre aux Pays-Bas

Les Pays-Bas espèrent encore un instant ne pas être engagés dans la guerre, mais le 10 mai 1940 les troupes allemandes envahissent le pays. Cinq jours plus tard, les Pays-Bas capitulent et sont occupés. Très vite, des mesures anti-juives sont prises. Les Juifs sont interdits d'accès à un nombre croissant de lieux publics, Anne et Margot doivent fréquenter une école juive et Otto perd son entreprise.

Après l'échec d'une nouvelle tentative pour émigrer aux Etats-Unis, Otto et Edith Frank décident d'entrer dans la clandestinité. Otto aménage une cachette dans l'annexe de son entreprise au 263 Prinsengracht, conjointement avec son associé juif Hermann van Pels et avec l'aide de ses employés Johannes Kleiman et Victor Kugler

La clandestinité

Margot Frank reçoit le 5 juillet 1942 une convocation pour se rendre dans un camp de travail allemand. Dès le lendemain, la famille Frank entre dans la clandestinité. La famille Van Pels suit une semaine plus tard, et en novembre 1942 arrive un huitième clandestin : le dentiste Fritz Pfeffer. Ils restent plus de deux ans dans l'Annexe.

Les clandestins ne doivent pas faire de bruit, ils ont souvent peur et passent, tant bien que mal, leur temps ensemble. Ils reçoivent l'aide des employés de bureau Johannes Kleiman, Victor Kugler, Miep Gies et Bep Voskuijl, ainsi que du mari de Miep, Jan Gies, et du chef magasinier Johannes Voskuijl, le père de Bep. Non seulement les protecteurs s'occupent d'approvisionner les clandestins en nourriture, vêtements et lecture, mais ils constituent aussi un lien avec le monde extérieur.

Un journal comme meilleure amie

Peu avant d'entrer dans la clandestinité, Anne reçoit pour son anniversaire un cahier dans lequel elle tiendra son journal. Elle se met aussitôt à écrire, et pendant la clandestinité elle y parle non seulement des événements qui se déroulent dans l'Annexe mais aussi beaucoup d'elle-même. Son journal lui est d'un grand soutien. Anne écrit également de brèves histoires et rassemble des citations de différents écrivains dans son "Livre de jolies phrases".

Après avoir entendu, à la radio anglaise, le ministre de l'Éducation du gouvernement néerlandais en exil appeler à conserver les journaux de guerre, Anne décide d'adapter son journal pour en faire un roman intitulé "L'Annexe". Elle se met à le réécrire, mais avant d'avoir pu le terminer elle est découverte et arrêtée avec les autres clandestins.

L’arrestation et la déportation

Le 4 août 1944, les clandestins sont arrêtés, ainsi que leurs protecteurs Johannes Kleiman et Victor Kugler. Via le quartier général du Sicherheitsdienst, la prison et le camp de transit de Westerbork, les clandestins sont déportés à Auschwitz. Les deux protecteurs sont, eux, envoyés au camp d'Amersfoort. Johannes Kleiman est remis en liberté peu après son arrestation, tandis que Victor Kugler réussit à s'échapper au bout d'environ six mois. Aussitôt après l'arrestation, Miep Gies et Bep Voskuijl sauvent les écrits du journal d'Anne qui sont restés dans l'annexe. Malgré d'amples recherches, on ignore encore aujourd'hui comment la cachette a été découverte.

Le retour d'Otto Frank

Otto Frank est le seul des huit clandestins à avoir survécu à la guerre. Au cours de son long périple pour rentrer aux Pays-Bas, il apprend que sa femme Edith est décédée. Il ne sait alors encore rien du sort de ses filles et il continue de nourrir l'espoir de les revoir en vie. Début juin, il arrive à Amsterdam. Il se rend directement chez Jan et Miep Gies, chez qui il restera vivre pendant sept ans.

Otto Frank essaie de retrouver ses filles, mais en juillet il apprend qu'elles sont toutes les deux mortes de maladie et de privation à Bergen-Belsen. Miep Gies lui remet alors les écrits du journal d'Anne. Otto lit le journal et découvre une tout autre Anne. Il est profondément impressionné.

Le journal d’Anne

Dans son journal, Anne a écrit qu'elle souhaitait être plus tard écrivaine ou journaliste, et qu'elle voulait le publier sous forme de roman. Des amis d'Otto Frank le convainquent de la grande force d'expression du journal, et le 25 juin 1947 paraît "Het Achterhuis" (littéralement : L'Annexe) en un tirage de 3.000 exemplaires. De nombreuses éditions suivent, ainsi que des traductions, une pièce de théâtre et un film.

À travers le monde entier, les gens font connaissance avec l'histoire d'Anne Frank. Au fil des ans, Otto Frank répond à des milliers de lettres de lecteurs du journal de sa fille. En 1960, la Maison Anne Frank devient un musée. Jusqu'à sa mort, survenue en 1980, Otto Frank restera impliqué dans la Fondation de la Maison Anne Frank et œuvrera pour le respect des Droits de l'Homme.

En bref L'histoire d'Anne Frank

Anne Frank est une jeune fille juive qui pendant la Seconde Guerre mondiale a dû entrer dans la clandestinité afin d'échapper…

Lire la suite...

Vivre en Allemagne Au début, la famille Frank mène une vie heureuse

Mais très vite de sombres nuages s’amassent. La situation pour les Juifs devient de plus en plus dangereuse.

Lire la suite...

L’émigration aux Pays-Bas La situation en Allemagne est devenue trop dangereuse

La famille Frank part pour les Pays-Bas et se fait à Amsterdam une nouvelle vie.

Lire la suite...
SS'ers van het Regiment "Der Führer" bij het Hoornwerk - 12 mei 1940

L’invasion allemande Une fois de plus, la famille Frank est en danger

Les libertés des Juifs sont de plus en plus restreintes. Jusqu'au jour où Margot reçoit une convocation pour un camp de travail en Allemagne.

Lire la suite...

La cachette La famille Frank entre dans la clandestinité

Huit clandestins sont cachés pendant deux ans dans l’annexe. Ils ne peuvent jamais sortir.

Lire la suite...

Un Journal comme meilleure amie Pour Anne, écrire c’est toute sa vie

Après la guerre, elle veut devenir écrivain ou journaliste. Elle réécrit son journal pour qu’il soit publié.

Lire la suite...

L’arrestation Ce que tout le monde craignait tant arrive

Les clandestins ont été dénoncés. Ils sont déportés vers les camps de concentration.

Lire la suite...

Le retour d’Otto Après la libération d'Auschwitz

Il retourne à Amsterdam. Miep lui remet le journal d’Anne.

Lire la suite...
Eerste buitenlandse uitgaven van Annes dagboek

La publication du journal Annes dagboek maakt enorme indruk

Otto Frank beantwoordt duizenden brieven van over de hele wereld.

Lire la suite...