Otto Frank

Otto Frank est né le 12 mai 1889 à Francfort-sur-le-Main. Il a un frère aîné, Robert (1886), un frère cadet, Herbert (1891) et une sœur, Helene (1893). Son père, Michael Frank, possède une banque spécialisée dans le commerce des valeurs. C’est une famille juive.

Miep Gies dans ses mémoires, décrit Otto Frank comme quelqu’un de " … calme, l’instituteur des enfants, le plus lucide, celui qui aidait chacun à garder son équilibre, le chef, le patron. S’il fallait prendre une décision, tous les regards se tournaient vers M. Frank. "

Études interrompues

Otto ne fréquente pas une école juive, mais le Lessing Gymnas, un lycée laïque. Après son bac en 1908, Otto suit pendant un semestre d’été le cours d’histoire de l’art de l’université d’Heidelberg, mais il interrompt rapidement ses études. Il travaille dans une banque et, par un ami de l’université, il obtient un stage dans un grand magasin : Macy’s à New York. Début septembre 1909, Otto part pour l’Amérique. Malheureusement, peu après son arrivée, il doit repartir car son père vient de décéder, le 17 septembre 1909.

Lire la suite...

Divers métiers

Peu de temps après, Otto Frank repart. Cette fois, il restera deux ans aux États-Unis. Il travaille tout d’abord pendant un an dans le grand magasin Macy’s, ensuite dans une banque. En automne 1911, il retourne en Allemagne. Il entre dans une entreprise qui fabrique des châssis de fenêtres, à Dusseldorf et ensuite dans une firme qui produit des fers à cheval pour l’armée allemande. Après la Première Guerre mondiale, Otto Frank prend à contrecœur, avec son frère Herbert, la direction de la banque dirigée jusqu’alors par sa mère. Ce dernier n’est pas très doué pour les finances et son frère aîné Robert ne montre aucun intérêt pour ces questions-là.

Lire la suite...

Otto durant la Première Guerre mondiale

En 1914, commence la Première Guerre mondiale et un an plus tard, Otto Frank reçoit une convocation de l’armée allemande, tout comme ses frères. Sa mère et sa sœur travaillent comme bénévoles à l’hôpital militaire de Francfort. Otto est envoyé au front de l’Ouest, où il sera promu lieutenant. En 1918, la guerre se termine, une guerre qui aura fait des millions de morts. Otto Frank et ses frères survivent, ainsi que sa mère et sa sœur.

Lire la suite...

12 mai 1889

Naissance d’Otto Frank à Francfort-sur-le-Main (Allemagne).

1908

Études histoire de l’art à Heidelberg (Allemagne).

Août 1909-1911

Stages au magasin Macy’s et dans une banque.

Août 1915

Otto est mobilisé dans l’armée allemande.

1917

Otto est promu au grade de lieutenant.

12 mai 1925

Otto épouse Edith Holländer à Aix-la-Chapelle (Allemagne).

16 février 1926

Naissance de leur première fille, Margot Frank.

12 juin 1929

Naissance de leur second enfant, Anne Frank.

Été 1933

Edith et ses filles séjournent chez leur grand-mère à Aix-la-Chapelle.

Septembre 1933

Otto monte la Société Opekta et en devient directeur.

1938

L’entreprise Pectacon est fondée.

Décembre 1940

Déménagement des sociétés Opekta et Pectacon vers un nouveau siège : au 263 du Prinsengracht (Amsterdam).

Décembre 1941

Les Juifs n’ont plus le droit de gérer une entreprise : Otto déclare Kleiman et Kugler comme directeurs officiels. En réalité, il continue à gérer la société.

6 juillet 1942

La famille Frank entre dans la clandestinité.

25 juin 1947

Otto fait publier le Journal d’Anne en néerlandais.

1952

Otto s’installe à Bâle (Suisse).

10 novembre 1953

Otto épouse Elfriede (Fritzi) Markovits.

3 mai 1960

Otto assiste à l’inauguration de la Maison Anne Frank.

19 août 1980

Décès d’Otto Frank à Bâle

Entourage d’Otto

Anne Frank Fille d’Otto et d’Edith, soeur de Margot

Anne aime souvent faire le pitre mais a aussi un côté sérieux

Lire la suite...

Edith Frank Mère d’Anne et de Margot, femme d’Otto

Edith a du mal à s’habituer à vivre aux Pays-Bas

Lire la suite...

Margot Frank Fille d’Otto et d’Edith, soeur d’Anne

Margot est une jeune fille calme et sérieuse, qui aime étudier

Lire la suite...

Anne écrit:

D’ailleurs je ne peux pas accorder ma confiance à quelqu’un qui ne se confie pas pleinement et comme je ne sais rien de Pim [Otto], je ne pourrais pas m’engager dans la voix d’une relation intime avec lui. (…) J’ai caché à Papa tout ce qui me troublait, je ne lui ai jamais fait part de mes idéaux, je l’ai volontairement et consciemment écarté de moi.