Un récit biographique pour aborder la Shoah

Une histoire de vie

Des élèves de Marseille préparent une présentation sur la vie des clandestins de l'Annexe.
  • Imprimer

Le récit de l’histoire de vie d’Anne Frank permet une approche pédagogique originale pour appréhender une période de l’histoire particulièrement complexe et difficile à enseigner dans ses multiples dimensions.

L’histoire d’Anne Frank

Cachée durant l'Occupation des Pays-Bas par les nazis, Anne Frank est devenue célèbre par la publication de son Journal.

En savoir plus

Loin d’aborder ce thème de façon simpliste, moralisante ou traumatisante, le récit du parcours de vie d’Anne Frank nous offre l’opportunité d’aborder cette période dans toutes ses dimensions, de ses racines aux persécutions, puis au génocide par une entrée particulièrement accessible, celle d’une histoire de vie interrompue.

Une histoire de vie

Nous pouvons construire autour de l’histoire d’Anne Frank un récit à la fois historiquement précis et humainement riche d’enseignement. Grâce à son livre témoignage et aux nombreuses photographies de l’album de famille, miraculeusement préservés, la brève vie d’Anne Frank est parfaitement illustrée et documentée : il s’agit de l’une des victimes de la Shoah pour laquelle nous possédons le plus grand nombre de documents d’archive. Le récit de sa vie peut être continuellement documenté : de sa naissance en 1929 à Francfort-sur-le-Main, à l’exil de sa famille aux Pays-Bas en 1933, de la guerre en 1940, à l’entrée en clandestinité en juillet 1942, de la dénonciation à l’arrestation en 1944. Anne Frank interrompt la rédaction de son Journal peu avant.

Concernant l’arrestation, la déportation vers Auschwitz, le transfert d’Auschwitz vers le camp de concentration de Bergen-Belsen, en Allemagne, et le décès d’Anne et de sa sœur Margot en mars 1945, nous ne possédons alors plus que les fiches rédigées par les nazis, et quelques témoignages.

Mais, pour les plus jeunes, le récit s’arrête aux portes du camp où Anne et Margot sont mortes de faim et d´épuisement.

L’Histoire prend le relais, nous permettant une mise en perspective : elles ont été victimes d’un crime organisé, planifié, méthodiquement orchestré, un crime contre l’Humanité.

Sans détail, sans support iconographique, sans pathos : nous n’avons pas à nous appesantir sur ce qu’ont été la vie et la souffrance des deux jeunes filles d’Auschwitz à Bergen-Belsen. De plus, c’est une période de leur histoire personnelle que nous ne pouvons pas réellement documenter.

Nous nous contenterons des informations historiques dont nous disposons et n’utiliserons pas abusivement, en particulier avec les plus jeunes, les images de Bergen-Belsen.

Anne Frank

Repères biographiques

Les dates importantes (279KB)

L'analyse des processus

En effet, ce qui nous importe le plus se situe entre 1929 et 1944. Le récit de l’histoire de vie d’Anne Frank fait émerger des questions beaucoup plus larges, essentielles :

Comment et dans quelles conditions, un régime politique, totalitaire et antisémite a-t-il pu accéder au pouvoir en Allemagne, sur fond de crise économique mondiale ?

Comment un État a-t-il pu mettre en œuvre la destruction méthodique, systématique et planifiée d’une partie de sa population, visant, en particulier, des enfants ?

Anne Frank est née et a grandi durant les premières années de sa vie dans ce contexte. Les élèves sont ainsi amenés à mesurer l’impact des décisions politiques des nazis sur la vie d’une enfant allemande née à une époque de crise et de tensions, dans une famille juive allemande parfaitement intégrée.

Anne Frank a été une victime, parmi un million et demi d’enfants, de la folie meurtrière des nazis,  portés au pouvoir dans un cadre démocratique, et pourtant dont l’idéologie antidémocratique et antisémite et les projets ne faisaient aucun doute. Comment cela a-t-il été possible ?

Quels sont les processus qui ont mené à la chute de la démocratie allemande, qui ont conduit de la discrimination à l’exclusion de la société des citoyens juifs, de l’édiction de lois racistes à la traque systématique d’hommes, femmes et enfants dont le seul crime était d’être nés juifs ?

A quoi peuvent mener le racisme et l’antisémitisme, érigés en idéologie ?

L’histoire de la famille Frank illustre les étapes du processus qui a mené à la Shoah et des tentatives d’y échapper.  Elle génère également une réflexion plus large en termes d’éducation à la citoyenneté.

 

Ce récit est accessible à tous, dès le plus jeune âge, que la future scolarité de nos élèves soit longue ou écourtée, car tous deviendront, plus tard, des citoyens. Nous avons le devoir, en tant qu’éducateurs, de les avertir, parce que nous savons que ce qui s’est produit peut se reproduire.

Cette transmission est essentielle et l’histoire d’Anne Frank nous fournit l’entrée la plus abordable, sans trauma ni pathos excessif, car il s’agit surtout d’une histoire fertile, qui permet l’analyse et la réflexion, même avec les plus jeunes.

Nous transmettons l’histoire d’une vie bousculée, malmenée, interrompue par la folie meurtrière de quelques-uns, dans l’indifférence de la majorité de ses contemporains.

Sans manichéisme, le récit permet encore de souligner que durant leur traque, les Frank ont aussi bénéficié de beaucoup d’humanité et du soutien d’amis non-Juifs qui les ont protégés aussi longtemps qu’ils ont pu.

En cela, ces Justes fournissent également une belle leçon d’humanité. 

Parce qu’Anne Frank parle aux jeunes et que son destin les bouleverse, l’histoire d’Anne Frank fonctionne comme un véritable levier pédagogique.

Formation au collège de Seurre (France) Les jeunes découvrent la vie d'Anne et des autres clandestins.

Anne Frank est une figure emblématique

Anne Frank est devenue une figure emblématique des victimes de la Shoah. Elle était pourtant, avant tout, une enfant comme les autres, heureuse, insouciante, qui a grandi sous le regard protecteur de parents aimants. Une enfant comme beaucoup d’autres, voire privilégiée à cette époque et, dans le même temps, une personnalité exceptionnelle, unique… Ce que nous connaissons d’Anne, par ses écrits, révèle la marque d’une très forte personnalité.

Après sa mort et la publication de son journal qui deviendra un succès universel, les photographies d’Anne Frank prennent une valeur singulière : son père, Otto, était un photographe amateur de talent qui a pris des centaines de photographies de ses filles. Un fait assez rare, à cette époque, une chance imprévisible pour illustrer au plus vrai ce que fut, au jour le jour, la vie d’Anne Frank. La plupart de ces photographies ont été retrouvées après la guerre, et chacune d’entre elle a pu être commentée, par son père, par des amis, des connaissances… Nous pouvons donc retracer l’histoire de la courte vie d’Anne Frank, pratiquement mois après mois, et la raconter aux plus jeunes, à partir des clichés d’Otto, comme on feuillette un album de photos de famille, et cela de 1929 à 1942, date de l’entrée en clandestinité. Cette période de clandestinité est décrite en détail par Anne elle-même, dans son journal, son témoignage prenant alors le relais des images.

Ce n’est donc pas par la fin, et par sa mort, que nous aborderons, grâce à Anne Frank, l’histoire de la Shoah ; c’est à une Anne bien vivante qui devient familière aux jeunes au fil du récit, une Anne dont on peut relater la vie totalement bouleversée par des évènements plus tard décrits comme historiques, une vie anéantie par les nazis, par la haine raciste, par l’antisémitisme, par la folie des hommes qui ont conçu, planifié et mis en œuvre le Génocide...

Anne Frank a donné un visage aux millions de victimes anonymes de la Shoah. Son visage souriant, tout autant que son Journal, témoignent que des millions de personnes, des millions d’enfants, ont vécu et souffert, traqués, persécutés…

Journal d'Anne Frank

À elle seule, Anne Frank nous émeut plus que les innombrables victimes qui ont souffert comme elle, mais dont l’image est restée dans l’ombre. Il faut peut-être que les choses en soient ainsi : si nous devions et si nous étions capables de partager les souffrances de chacun, nous ne pourrions plus vivre.

Primo Levi

Une pédagogie humaniste

« C’est une page glorieuse de notre histoire qui n’a jamais été écrite et qui ne le sera jamais. »

(Le chef des SS, Heinrich Himmler, le 4 octobre 1943)

Dans le même temps, la démarche pédagogique proposée nous permet de faire, avec nos élèves, le chemin inverse de celui des nazis : révéler et transmettre une histoire de vie, pour toutes celles que nous ne pouvons transmettre, les nazis ayant entrepris de détruire non seulement les personnes mais aussi d’effacer toute trace de leur existence.

Les ordres étaient de tout détruire : vies, corps, langues, cultures… jusqu’aux traces du crime.

Transmettre l’histoire d’Anne Frank permet de mettre à portée des plus jeunes cette terrible tragédie. 

L’histoire d’Anne Frank nous offre un support pédagogique exceptionnel pour aborder l’histoire du point de vue des victimes, avec empathie et humanité.

Une histoire de vie pour apprendre à analyser le passé et pour mieux éclairer les enjeux du présent.

Aller plus loin

Le projet « Education par les pairs » Toutes les informations sur le projet d'éducation par les pairs en établissement scolaire

L'exposition « Anne Frank, une histoire d'aujourd'hui » est le support à un projet original destiné aux établissements…

Lire la suite...

Quels mots pour dire la destruction des Juifs d'Europe ? Réflexion en termes de pédagogie - Glossaire

Nous vous proposons ici une réflexion en termes de pédagogie sur les mots et les images se référant à la Shoah, ainsi qu'un…

Lire la suite...

Des outils pédagogiques publiés par les éditions Belin Partenaire éditorial en France

Belin est le partenaire éditorial en France de la Maison Anne Frank...

Lire la suite...

Parcours de mémoire à Amsterdam Sur les traces d'Anne Frank et des déportés juifs des Pays-Bas.

La visite de la Maison Anne Frank avec votre classe peut être le point de départ à un parcours dans la ville d'Amsterdam, à…

Lire la suite...