Quelles sont les activités de la Maison Anne Frank ? Au musée, mais aussi au service Éducation par exemple ou bien lors des expositions itinérantes ? Les collaborateurs de la Maison Anne Frank vous le racontent.

Un accueil de groupe pas comme les autres

  • Imprimer
  • RSSRSS

Anja van 't Hoenderdaal est collaboratrice en matière d'éducation pour les accueils de groupes. Elle voit passer tous les mois de nombreuses classes. Et parfois ces groupes sortent de l'ordinaire.

Le musée a eu récemment l'occasion de célébrer un événement. Pour la quarantième année consécutive, l'École Anne Frank, de Heemskerk, est venue suivre chez nous des programmes éducatifs. Évidemment, nous avons amplement célébré cet événement extraordinaire. Notamment avec l'ancien directeur George Paauw (84 ans) – qui avait pris cette initiative il y a 40 ans -, le directeur actuel et les enseignants. Un certain nombre d'enseignants retraités les ont accompagnés également. Pendant des années, ils étaient venus visiter la Maison d'Anne Frank avec tous leurs élèves de la dernière année du primaire.

Discours chaleureux

George Paauw a tenu un discours particulièrement chaleureux devant les enfants. Il a également remercié la Maison d'Anne Frank pour toutes les visites : "Nous nous sommes toujours sentis ici les bienvenus ". Ce discours a beaucoup impressionné les enfants. Ils se sont vu offrir des friandises et une boisson. C'était un moment très spécial, pour moi aussi. Cela fait déjà de nombreuses années que je reçois avec grand plaisir des groupes de visiteurs. Et ces contacts personnels rendent mon travail très intéressant ; j'y tiens beaucoup.

Chaque groupe est différent

Grâce à son caractère varié également, mon travail est tous les jours agréable et passionnant. Chaque groupe est différent, car je ne reçois pas uniquement des enfants et des jeunes, mais aussi des adultes. Et pour tous les groupes nous disposons de programmes sur mesure. Pendant les visites, j'aime bien entamer des discussions avec "mes" groupes. Parfois cela réussit mieux avec tel groupe qu'avec tel autre groupe, il y a donc toujours un défi. Quoi qu'il en soit, je veux qu'ils apprennent une chose : qu'il est important pour tout le monde de vivre dans une société tolérante et libre. Car je suis toujours restée un peu idéaliste. Et puis un cours dans un musée doit être aussi, bien sûr, une expérience qu'ils n'oublieront pas rapidement. J'éprouve donc vraiment un plaisir fou quand un écolier me remercie en me disant : "C'était une journée intéressante !"

Accueil de groupe Un groupe de futurs enseignants du primaire visite la Maison d’Anne Frank.

Profonde impression

Pourquoi est-ce que je suis allée, à l'époque, travailler à la Maison d'Anne Frank ? Ce n'était peut-être pas un choix conscient, mais c'est lié à mon père, qui a été détenu pendant la Seconde Guerre mondiale dans le camp d'Amersfoort. Pour échapper au travail forcé en Allemagne il était entré dans la clandestinité, mais il a été arrêté. La période qu'il a passée dans ce camp a plus ou moins marqué le reste de sa vie. Il a subi des traumatismes psychiques et physiques. Cela m'a profondément impressionnée en tant qu'enfant.

Toujours actuel

C'est pour cette raison que je dis à tous les groupes que je reçois que la liberté, l'égalité des droits et la démocratie ne sont pas quelque chose qui va de soi pour tout le monde. Ni autrefois, ni aujourd'hui non plus. Et le fait que des écoles nous rendent visite depuis quarante ans déjà montre bien que les activités éducatives de la Maison d'Anne Frank n'ont rien perdu de leur actualité. L'estime dont témoignent ces visites me motive à continuer à faire mon travail avec enthousiasme !

Aller plus loin

Victimes oubliées Victimes oubliées

Karen Polak parle de l'importance de la commémoration des victimes Roms et Sintis.

Chronique