De la cachette au musée - L'historique de la Maison Anne Frank (1)

Sauvée de la démolition

  • Imprimer

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’Annexe du bâtiment qui borde le canal - 263 Prinsengracht - à Amsterdam a servi de cachette pendant deux ans à huit personnes. Parmi eux, seul Otto Frank a survécu à la déportation.

L'Annexe en ligne

Visitez virtuellement l’Annexe telle qu’elle était

Entrez

De nos jours, la Maison Anne Frank accueille plus d'un million de visiteurs chaque année. Les lieux  témoignent encore avec force de la vie des huit clandestins juifs qui s'y sont caché pendant deux ans pour tenter d'échapper aux nazis et de la présence d'Anne Frank qui y a rédigé son célèbre journal.

Le bâtiment du 263 Prinsengracht a ouvert ses portes au public en 1960 : c'est aujourd’hui le musée le plus visité d'Amsterdam ; il est connu dans le monde entier. Cette notoriété contraste avec le délabrement dans lequel se trouvait le bâtiment dans les années Cinquante, où il figurait sur une liste des immeubles à abattre.

Les locaux qui constituaient la cachette ont été totalement vidés par les nazis dans les jours qui ont suivi l'arrestation des clandestins, le 4 août 1944. Il s'agissait de spolier les juifs après les avoir déportés. Il ne subsiste donc aucun objet de la cachette, hormis le journal d'Anne qui a pu être préservé.

En juin 1945 Otto Frank, qui est le seul des clandestins à avoir survécu, revient d’Auschwitz; l’Annexe est vide et dépouillée. Avec ses employés qui ont apporté leur aide, à lui et à sa famille, pendant la guerre -  Johannes Kleiman, Victor Kugler, Miep Gies et Bep Voskuijl – Otto essaie de remonter ses entreprises Opekta et Pectacon. L’Annexe reste vide.

Johannes Kleiman (à gauche) assis à son bureau dans l’entreprise au Prinsengracht.

Le 263 Prinsengracht et les bâtiments adjacents sont alors en très mauvais état. Les vieilles maisons mal entretenues en bordure des canaux amstellodamois ne peuvent, en fait, plus être occupées comme entreprises. En 1950, l’usine de textile Berghaus s’apprête à acheter plusieurs maisons situées à l’angle du Prinsengracht et du Westermarkt. Son intention est de les abattre et d’y construire un nouveau bâtiment d’exploitation. Le bâtiment situé au 263 du Prinsengracht devra alors, lui aussi, être démoli. 

Otto Frank a beaucoup de mal à l'accepter. Au début des années Cinquante, il loue le bâtiment du propriétaire Wessels (un marchand de vieux papiers qui avait acheté l’édifice en 1943) et convient avec ce propriétaire qu’en cas de vente éventuelle il sera le premier à pouvoir faire affaire avec lui. En 1953, Opekta achète le bâtiment de Wessels pour 22.000 florins. 

Mais l’argent manque pour entreprendre une bonne restauration et si le bâtiment au 265 Prinsengracht – qui a déjà été acheté par la firme Berghaus – est abattu, celui du 263 Prinsengracht tombe alors en ruine.

Het kantoor van Opekta op de Prinsengracht
Façade des 261-265 Prinsengracht (1947).

C’est à contrecœur qu’Otto Frank vendra en 1954 son bâtiment pour 30.000 florins à Berghaus. La démolition semble maintenant inévitable et la firme Opekta s’installe en 1955 dans un autre bâtiment à Amsterdam alors que la firme Gies & Co (le successeur de Pectacon) est revendue. Le 263 Prinsengracht est désormais complètement vide et se délabre à vue d’œil. 

C'est grâce à quelques proches d’Otto Frank – et à la pression de l’opinion publique – que le 263 Prinsengracht sera sauvé de la démolition. Entre-temps le Journal d’Anne Frank est devenu célèbre dans le monde entier. Il a été adapté au théâtre et un film est en préparation.

Un comité de notables amstellodamois issus des milieux scientifiques et culturels prend alors l’initiative de sauver de la démolition l’édifice où Anne avait écrit son journal. En 1957, la fondation Anne Frank est créée dans l'objectif premier de permettre au public de visiter le bâtiment mais aussi, comme le stipulent les statuts, pour diffuser les idéaux d’Anne Frank.

Otto Frank met met het bestuur van de Anne Frank Stichting voor Prinsengracht 263 (1957)
Otto Frank avec le conseil d’administration de la Fondation Anne Frank devant le 263 Prinsengracht en mai 1957.

La firme Berghaus renonce à ses projets de construire en cet endroit un nouveau bâtiment d’exploitation et fait don en 1957, à l’occasion de son 75ème anniversaire, du 263 Prinsengracht à la Maison Anne Frank. Les bâtiments adjacents tombent cependant dans les mains d’un promoteur immobilier qui a l’intention de construire un immeuble de huit étages à l’angle du Prinsengracht et du Westermarkt.

La fondation et le promoteur immobilier entament alors une série  de négociations concernant l’achat de l'intégralité des bâtiments pour la somme de 350.000 florins. Le maire de l’époque, Van Hall, s’implique personnellement afin d’obtenir cette somme. Il lance un appel aux dons par une lettre adressée à cinq mille personnes et institutions.

Het gaat om het Anne Frank Huis
L’appel aux dons du maire Van Hall pour assurer la conservation de la Maison Anne Frank (De Volkskrant, 12 juin 1958).

L’appel de Van Hall réussit en partie ; plus de la moitié du montant nécessaire est recueilli. En 1958, afin d’assurer la consolidation du 253 Prinsengracht, la municipalité d’Amsterdam entreprend en coopération avec l’Université d’Amsterdam, un projet de construction d'une maison d’étudiants à l’angle de Prinsengracht et du Westermarkt. L’Université peut se charger du préfinancement de cette maison d’étudiants et avec cette somme compléter l’argent qui manque à la Maison Anne Frank pour racheter tout le complexe.

Les bâtiments du 263 et 265 Prinsengracht sont ainsi sauvés. Après toutes sortes de difficultés, le 3 mai 1960, le bâtiment du 263 Prinsengracht restauré est enfin ouvert au public.

Sauvée de la démolition Préserver la cachette

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l’Annexe du bâtiment qui borde le canal - 263 Prinsengracht - à Amsterdam a…

Lire la suite...
Juli 1968, zomerconferentie

Centre international pour la jeunesse L’idéal d’Otto

"La restauration de la maison est maintenant en bonne voie et nous espérons que l’Annexe secrète sera ouverte aux visiteurs…

Lire la suite...

Réhabilitations Restaurations et rénovations

Après une première phase de travaux en 1960 avant son ouverture au public, la Maison Anne Frank a subi deux phases de…

Lire la suite...
Minister Ronald Plasterk kijkt met belangstelling naar een getrouwe kopie van het dagboek van Anne Frank

Tous les manuscrits d'Anne exposés au musée

Les manuscrits originaux des Journaux d’Anne Frank ainsi que d’autres textes qu’elle avait rédigés durant la clandestinité…

Lire la suite...
Fototentoonstelling over Vietnamoorlog, jaren zestig

Expositions pédagogiques En lien avec le présent

Dès son ouverture au public (en 1960), la Maison Anne Frank est bien plus qu'un musée : elle organise, au fil…

Lire la suite...
Anne Frank Huis. Bezoekers bekijken de maquette van het huis.
Anne Frank House. Visitors looking at the model of the house.

Les visiteurs du musée d'hier et d'aujourd'hui

La Maison Anne Frank accueille d'innombrables visiteurs...

Lire la suite...
Anne Frank Huis. Eerste ruimte van de museumroute. 
Anne Frank House. First room of the museum route.

Mémoire et histoire Eduquer la jeunesse

S'il y a eu de nombreux changements depuis l’ouverture de la Maison Anne Frank au public (1960), l'essentiel est…

Lire la suite...