Exposition alternante sur les réfugiés juifs en provenance de l’Allemagne nazie et la fuite de famille Frank, de Fritz Pfeffer et de la famille Van Pels. L'exposition se déroulait en 2012 dans la Maison d'Anne Frank.

“Peut-être que, nous aussi, nous allons poursuivre notre route

Lisbone, 10 juin 1941. Une groupe de réfugiés juifs fait la queue pour monter à bord d’un navire à destination des Etats-Unis. Photo: United States Holocaust Memorial Museum
  • Imprimer

“Peut-être que, nous aussi, nous allons poursuivre notre route”. Ce titre est emprunté à une lettre d’Edith datant de décembre 1937. Elle écrit dans cette lettre qu’Otto s’occupe de monter une affaire en Angleterre et que “peut-être qu’eux aussi poursuivront leur route”.

De l’Allemagne aux Pays-Bas

La fuite de la famille Frank, de la famille Van Pels et de Fritz Pfeffer.

Lire la suite...

How welcome were the Frank family in the Netherlands?

Article on Jewish refugees in the 1930's

Lire la suite...

L’exposition met en lumière la fuite, de l’Allemagne vers les Pays-Bas, de la famille Frank, de la famille Van Pels et de Fritz Pfeffer au cours des années 30 ainsi que leurs tentatives entreprises par la suite pour trouver ailleurs un endroit sûr. Ils ne sont pas les seuls : depuis la prise de pouvoir par Hitler en 1933, une grande partie des Juifs allemands quittent leur patrie. Plusieurs dizaines de milliers d’entre eux arrivent aux Pays-Bas. Pour beaucoup, il ne s’agit cependant que d’une étape vers des lieux plus sûrs.

AFS_A_AFrank_III_027_098.jpgComme nous sommes juifs à cent pour cent, nous avons émigré en 1933 aux Pays-Bas.

Anne Frank, le 20 juin 1942

Les familles Frank et Van Pels ainsi que Fritz Pfeffer tentent, eux aussi, de poursuivre leur route depuis les Pays-Bas. Ils essaient de trouver un lieu sûr au Chili, aux Etats-Unis ou en Australie. Toutes leurs tentatives échouent. En 1942, les familles entrent dans la clandestinité dans l’annexe. Là non plus, ils ne sont pas en sécurité. Ils seront dénoncés et déportés vers des camps de concentration. Otto Frank sera le seul à survivre. 

AFS_A_OFrank_III_003d.jpgJe suis forcé de chercher à émigrer et à mon avis les Etats-Unis sont le seul pays où nous pourrions aller.

Otto Frank, le 30 avril 1941

Réfugiés juifs

Entre 1933 et 1941, quelque 280.000 Juifs fuient l’Allemagne nazie et 130.000 Juifs l’Autriche annexée par Hitler, soit la moitié de la totalité de la population juive de ces deux pays.

Juifs autrichiens à bord d’un navire à destination de l’Angleterre, 1938. Photo: Beeldbank WO2 - NIOD
Les habitants juifs de l’Allemagne et des territoires annexés sont de moins en moins en sécurité et un grand nombre d’entre eux prennent la fuite. Quelque 30.000 Juifs allemands arrivent aux Pays-Bas.

Nombre d’entre eux cherchent à se réfugier dans les pays avoisinants. S’il s’avère que là non plus ils ne sont pas en sécurité, ils essaient de poursuivre leur route. Mais l’émigration n’est pas une chose évidente. Quiconque veut partir se retrouve confronté aux tracasseries bureaucratiques, avec leurs innombrables formulaires à remplir pour obtenir un visa de sortie, de transit et d’entrée, ainsi qu’aux déclarations judiciaires et cautions. Les files d’attente aux organisations d’aide, consulats, ambassades et agences de voyage sont interminables. Les règlements changent sans arrêt et les pays d’émigration ont des exigences financières élevées. À mesure qu’augmentent les mesures anti-juives et la menace de guerre, les gens qui veulent partir paniquent de plus en plus.

AFS_A_EFrank_III_002.022.jpgJe pense que tous les Juifs allemands, aujourd’hui, sont à la recherche d’un pays à travers le monde et qu’ils ne peuvent pas y entrer.

Edith Frank-Holländer, le 24 décembre 1937

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939, il est encore plus difficile de fuir. Le 25 novembre 1941, tous les Juifs allemands vivant à l’étranger perdent leur nationalité et deviennent ainsi apatrides. Désormais, il est impossible d’émigrer. En fin de compte, seul un groupe relativement restreint a réussi à fuir les persécutions des Juifs en Europe.

Un groupe de jeunes réfugiés arrive en Angleterre, où les enfants juifs sont encore admis. Décembre 1938. Photo: Beeldbank WO2 - NIOD