Le directeur général Ronald Leopold sur la mission de la Maison Anne Frank.

L’histoire dans l’ici et maintenant

Ronald Leopold
  • Imprimer

“Que nous apprend l’histoire?” C’est la question centrale sur laquelle s’est penché Otto Frank après la guerre et sur laquelle la Maison Anne Frank oriente maintenant également sa mission muséale et éducative.

Otto Frank

Jusqu’à sa mort, Otto Frank restera étroitement impliqué dans les activités de la Maison d’Anne Frank.

En savoir plus

Ronald Leopold : “Conformément à sa mission, la Maison Anne Frank se propose de montrer ce qui s’est produit pendant la Seconde Guerre mondiale et la persécution des Juifs, d’expliquer les mécanismes qui y ont conduit et ce que cela signifie pour le présent. Otto Frank reconnaissait l’importance de cette approche et parlait à ce propos des  leçons que “nous pouvons tirer de l’Histoire” et non pas de ce que nous pouvons “apprendre des cours d’histoire”. Se rappeler l’histoire, réfléchir à cette histoire et réagir à cette histoire : ce sont là les trois démarches qui jalonnent les activités de la Maison Anne Frank.”

Ce qui s'est passé, nous ne pouvons plus le changer. La seule chose que nous puissions faire, c'est de tirer des leçons du passé.

Otto Frank, Basler Magazin, 24 février 1979

Une maison enracinée dans le passé et orientée vers l’avenir

Avant même la création de la fondation Maison Anne Frank en 1957, Otto Frank souhaite que la maison où il s’était caché avec sa famille soit préservée et ouverte au public. En tant qu’avertissement du passé, mais orientée vers l’avenir. En 1976, Otto Frank écrit dans une lettre au directeur de la Maison Anne Frank de l’époque qu’il ne veut pas seulement amener les visiteurs de la Maison d’Anne Frank à s’arrêter sur les souffrances de l’Holocauste, mais qu’il tient également à les inciter à intervenir activement dans leur propre entourage contre la discrimination et les idées préconçues. La Maison Anne Frank continue d’exprimer cet objectif dans sa mission.

Invitation à la réflexion

La Maison Anne Frank ainsi que le journal ne rappellent pas uniquement le souvenir d’Anne Frank et l’histoire de son époque, ils invitent également à la réflexion, à la prise de conscience et à l’attribution d’un sens à notre propre époque. “L’une des principales leçons que nous pouvons tirer de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste, déclare Ronald Leopold à ce propos, c’est peut-être le fait de comprendre que tout cela a été l’oeuvre de l’homme : l’exclusion, la persécution et la déportation et finalement le massacre de six millions de Juifs. Le vide dans la maison en est le reflet. En parcourant la maison, les visiteurs voient le reflet de ce qui n’est plus, de ce qui a été intentionnellement anéanti pendant la guerre. Et ils s’aperçoivent qu’il s’agissait ici ‘d’êtres comme eux’, qui étaient victimes, acteurs, protecteurs ou spectateurs. Ainsi, la Maison Anne Frank montre clairement, à l’intérieur du contexte historique, à quoi peuvent mener, de nos jours également, l’antisémitisme, le racisme et la discrimination dans leur forme extrême.

Expliquer le contexte historique

Le défi que doit relever la Maison Anne Frank consiste à ouvrir la maison au public sans pour autant toucher à son caractère. Comme de nombreux touristes sont originaires de pays non européens et qu’un grand nombre de visiteurs ont moins de 25 ans, il est important de traiter plus profondément dans le musée le contexte historique de la vie d’Anne Frank. Le but de la Maison Anne Frank est d’y parvenir sans affecter le vécu des visiteurs et l’importance du vide de la maison.

Conscientisation de schèmes

Dans ses activités éducatives également, la Maison Anne Frank souligne le lien qui existe entre le présent et le passé, entre le comportement et les conséquences. Ronald Leopold : “Le harcèlement à l’école n’est évidemment pas la même chose que la discrimination, et la discrimination est autre chose que la persécution. Mais dans les trois cas des schèmes similaires sont actifs dans notre façon de penser et d’agir, qui font que nous discriminons ou excluons des individus ou des groupes d’individus. Ces schèmes font partie de ce qui fait de nous des individus, nous en avons parfois même besoin pour mettre de l’ordre dans le chaos de la réalité qui nous entoure. Seulement ces schèmes peuvent dans certaines circonstances avoir également des conséquences effroyables. Nous invitons les jeunes à s’attarder sur cette donnée et, à l’intérieur de leur propre univers, à prendre position fermement et de façon mûrement réfléchie contre l’antisémitisme, le racisme et la discrimination.”   

Les jeunes apprennent aux jeunes

“Nous voulons stimuler les jeunes à prendre leurs responsabilités pour l’environnement dans lequel ils vivent. Dans ce cadre, nous nous posons à nous-mêmes la question suivante : qui sont ceux qui inspirent, influencent et parviennent vraiment à atteindre les jeunes ? Par expérience, nous savons que ce sont surtout les jeunes mêmes. Par le biais de l’éducation par les pairs, nous leur donnons alors la chance de jouer un rôle actif dans la réalisation de nos activités éducatives. Entre autres, en proposant des visites guidées lors d’expositions Anne Frank ou en participant à des séminaires et des conférences pour jeunes. Nous n’offrons pas des réponses toutes prêtes, mais des indications.”

Empathie au lieu d’identification

Cette place éminente accordée aux jeunes ne date pas d’aujourd’hui. Otto Frank également appelait dans son rôle d’éducateur les jeunes à se poser des questions, et ce en s’identifiant à Anne Frank - un sentiment ressenti à travers le monde actuellement comme dans le passé. Ronald Leopold : “Bien que la vie d’un jeune de 15 ans aujourd’hui et celle d’Anne Frank en 1944 soient profondément différentes, ils partagent le rêve de l’égalité des droits pour tout le monde, d’une société libre et ouverte, de pouvoir être soi-même. C’est dans ces idéaux qu’Anne Frank, Martin Luther King, une adolescente d’une favela de Rio de Janeiro et qu’un jeune d’Amsterdam-Ouest se rencontrent.”

Époques différentes, même mission

De nos jours, la Maison Anne Frank a une portée infiniment plus grande parmi les jeunes que n’aurait pu le soupçonner Otto Frank. “De plus en plus de gens se rendent au musée. Par ailleurs, nos activités internationales et en ligne nous permettent aussi d’atteindre chaque année des millions de gens. Mais malgré cette énorme expansion notre mission est restée essentiellement la même. D’une part préserver et ouvrir au public le lieu où pendant la Seconde Guerre mondiale Anne Frank s’est cachée et a tenu son journal, d’autre part élaborer du matériel et des programmes éducatifs qui inspirent les jeunes à travers le monde et qui correspondent à l’univers.”