Collecte de fonds.

  • Imprimer

Traduction de l'émission à la radio néerlandaise AVRO à propos de la collecte de 55.000 florins pour la rénovation de la Maison Anne Frank. Les animateurs de l'émission et les bénévoles espéraient collecter les 60.000 florins nécessaires pour que le musée reste ouvert au public un an de plus, le temps pour la Maison Anne Frank d’obtenir des subventions du gouvernement. Otto Frank participait à l'émission par téléphone.

Van Harte. (Sincèrement)

Une heure et quart de radio en direct pour soutenir une bonne cause, aussi longtemps que vous êtes prêts à écouter !

La semaine prochaine nous commémorons les 25 ans de la fin de la guerre et de la libération des Pays-Bas. Personne ne peut ouvrir un journal ou une revue, regarder la télévision ou écouter la radio, sans être ramené au printemps 1945. Tout irait mieux. Nous avions appris, nous avions compris et à la fin de la journée, nous avions payé pour cela. Au printemps 1970, cela ne vous dérangera probablement pas trop. Nous savons tous qui était Anne Frank. Cette jeune fille de l'Annexe secrète, située à proximité de Westertoren qu'elle pouvait voir depuis sa chambre, et d'où elle entendait les cloches. Quelques jours avant que nous commémorions les morts et que nous célébrions notre libération, nous avons appris que la Maison Anne Frank était menacée de fermeture. Il n'y a plus d'argent; les rénovations nécessaires ne peuvent pas être réalisées. La vraie question est : qui doit payer?

"M. Frank a beaucoup fait pour la Maison Anne Frank. Il s'est toujours arrangé pour nous obtenir une aide du ‘Anne Frank Fonds’ à Bâle, quand nous avions des difficultés.

Le ‘Fond’ perçoit les droits d’auteur provenant de la vente des 47 différentes traductions du Journal. Les intérêts de ce capital sont utilisés pour financer diverses institutions qui œuvrent, dans le monde, sous le nom ou dans l'esprit d'Anne Frank. Mr Frank est d'accord avec le conseil d'administration du ‘Anne Frank Fonds’ sur le fait que cet argent ne doit pas uniquement financer Amsterdam. Il y a tant de pays où le livre est célèbre, que cela ne serait que justice que ces finances soient redistribuées partout dans le monde."

"Et les revenus directs ?"

 "Les revenus de la Maison Anne Frank proviennent en premier lieu des dons des visiteurs. L'année dernière, ils se montaient à 58.5 centimes par visiteur. Ce qui n’est pas négligeable, pour un musée dont l'entrée est gratuite. Nous percevons aussi une subvention de 10.000 florins de la ville d'Amsterdam pour la conservation de l'annexe secrète."

"Vous ne recevez rien de l'État?

 Non, rien de l’État. Ce n'est pas vraiment un musée; il n'y a pas de collection, et, selon la Haye, ce sont les critères du CRM."

Et la capitale des Pays-Bas subventionne à hauteur de 10.000 florins ?

 10.000 florins, oui."

En 1944, le journal a été trouvé dans l’Annexe par Elly et Miep. C’était toujours la guerre :  ‘l’Hiver de la faim’ était encore à venir.

Bep Voskuijl : « En août 1944, les clandestins de l’Annexe secrète ont été emmenés. Et, après un certain temps, peut-être un mois, je ne suis pas certaine, 2 semaines, je ne sais plus, oui, nous l’avons trouvé, oui, dans la Maison Anne Frank, oui, dans les bureaux.

« Mais… à quoi ressemblait le journal ? »

Bep Voskuijl : «  Le Journal ressemblait, disons le premier était écrit dans un journal intime, et le reste sur des cahiers et des feuilles de papier, parce qu’on ne pouvait plus trouver le même genre de cahier broché durant la guerre. Le premier était le vrai journal intime, je pense. Un vrai, qui ressemblait à un journal intime. »

« Avez-vous réalisé qu’il appartenait à une enfant ? »

Bep Voskuijl:” Oui, on le savait. On savait qu’Anne tenait un journal. Elle avait l’habitude de s’assoir et d’écrire. Personne n’avait le droit d’être là à ce moment. Elle l’empêchait. Oui, on savait qu’elle était en train d’écrire.

« Anne Frank a été assassinée. Une parmi des millions, bien entendu, mais son Journal rappelle la vie durant cette guerre brutale, et cet ennemi brutal. Grâce à son Journal et à l’Annexe, parce qu’ils sont toujours là !

Personnellement, je suis face à l’idée d’une enfant, une jeune fille juive, comme tant d’élèves que j’ai eus, qui, à un certain moment de sa captivité et avant l’anéantissement, a pensé au sens profond de tout ce qui se passait à ce moment. Il n’y a pas beaucoup d’enfants capables d’y mettre une âme, et c’est ce qui se passe. Cette enfant l’a fait. Et elle l’a fait de telle façon que sa voix continue de résonner à travers le monde, encore et encore. Et je pense que pour toute personne, qui traverse un moment de profonde solitude ou d’étouffement, cette voix résonne encore. C’est ce que cela signifie pour moi. C’est comme cela lorsque je regarde ces documents, je vois maintenant ce qui s’est alors passé. C’est un devoir pour ceux qui ont survécu de veiller à ce que cela ne se reproduise plus jamais, et je crois que les visiteurs le ressentent aussi. Que de nombreux compagnons qui agissent contre cette répétition de l’Histoire soient recrutés et formés, c’est cela le plus important.

Le rabbin Soetendorp d’Amsterdam  a mis des mots sur ce que nous ressentions. L’Annexe n’est pas un mémorial, mais un témoin. Personne n’en était aussi convaincu que le père d’Anne, Otto Frank.

 « Pour moi, il s’agit d’une sorte de testament. Anne a d’abord écrit dans son Journal « Je veux continuer à vivre, même après ma mort ». Elle a ensuite écrit : « Si Dieu me laisse vivre… je travaillerai dans le monde et pour les gens.» J’espère que vous pouvez comprendre que ces deux points constituent le socle de la Maison Anne Frank et qu’ils lui sont intimement liés.»

Mesdames et messieurs, je vais une nouvelle fois faire appel à vous. Je pense, comme vous, que c’est à l’Etat d’entretenir la Maison Anne Frank. Mais nous ne recevons rien du ministère et seulement 10 000 florins de la ville, ce qui est bien peu pour un tel monument. Quoi qu’il en soit, se contenter d’en parler ne nous fait pas avancer. La Maison Anne Frank doit être réhabilitée au plus vite. Les travaux doivent commencer dans les 6 mois à venir si nous voulons qu’elle reste ouverte. Nous avons besoin de 60 000 florins.

Ce serait fantastique que nous puissions réunir la somme ce soir. Avec déjà 40 000 florins, l’équipe peut déjà prendre un bon départ.

Chers auditeurs, la Maison Anne Frank doit rester ouverte au public. C’est un rempart contre la dictature, la ségrégation, la terreur. Dans une semaine, nous allons commémorer la Libération. Nous ne devons pas oublier le passé. Pour les anciens, parce que le printemps 1945 et l’espoir d’un monde meilleur fait partie de leur vie, pour les jeunes, parce qu’ils, et que nous tous, espérons qu’ils seront à l’avenir protégés de ce genre de folie. Avec la fermeture de la Maison Anne Frank, se joue d’un côté la survie d’un lieu de mémoire, et de l’autre celle de la vigilance pour le futur. Permettez à la Maison Anne Frank de garder les portes ouvertes ! Je vous demande de réunir 60 000 florins d’ici à 19 heures 30. 60 000 florins ! S’il vous plaît, aidez-nous à ce que ce qui est arrivé entre 1940 et 1945 ne tombe pas dans l’oubli. S’il vous plaît, restez avec nous, écoutez et aidez nous.