The short life of Anne Frank

La courte vie d’Anne Frank

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Anne Frank se cache pendant deux ans pour échapper aux nazis. Anne décède en 1945 à Bergen-Belsen.

Regardez ici la vidéo

Les premières années d'Anne

Anne naît le 12 juin 1929 dans la ville allemande de Francfort-sur-le-Main. Sa sœur Margot est de trois ans son aînée. L’Allemagne est alors en crise : il y a peu de travail et beaucoup de pauvreté. Adolf Hitler et son parti nazi ont de plus en plus d’adeptes. Hitler nourrit une haine féroce envers les Juifs et les tient pour responsables de tous les problèmes qu’encontre le pays. Il joue habilement avec les sentiments antisémites qui règnent alors en Allemagne. La haine envers les Juifs et le climat économique peu favorable poussent Otto et Edith Frank à déménager à Amsterdam. Otto y commence un commerce en pectine, un extrait végétal destiné à épaissir les confitures.

L’Allemagne nazie envahit les Pays-Bas

Anne s’adapte rapidement à sa vie aux Pays-Bas. Elle apprend la langue, se fait des amies et fréquente une école néerlandaise près de chez elle. Son père travaille dur mais la situation n’est pas facile. Otto décide alors, sans grand succès, de développer son commerce en Grande-Bretagne. Il finira par trouver une solution en ajoutant la vente d’épices à son commerce.

Le 1er septembre 1939, Anne est alors âgée de 10 ans, l’Allemagne nazie attaque la Pologne. Peu de temps après, le 10 mai 1940, les nazis envahissent également les Pays-Bas. L’armée néerlandaise se rendra cinq jours plus tard. Lentement mais de façon efficace, les envahisseurs commencent à rendre la vie des Juifs de plus en plus difficile. Ainsi, n’ont-ils plus accès aux parcs publics, aux cinémas ni aux commerces. Anne est de plus en plus limitée dans ses mouvements. Son père perd son commerce à cause d’une loi interdisant aux Juifs d’avoir leur propre entreprise. Tous les enfants Juifs, y compris Anne, doivent dès lors fréquenter une école leur étant exclusivement réservée.

Anne se cache dans l’Annexe

La répression des nazis va de plus en plus loin, obligeant ainsi les Juifs à porter l’étoile jaune. Des rumeurs selon lesquelles les Juifs doivent quitter le pays commencent à se répandre. Lorsque, le 5 juillet 1942, Margot reçoit une convocation pour venir travailler en Allemagne ses parents se doutent qu’il s’agit d’un prétexte et décident que le moment est venu de se cacher. Dès le lendemain ils entrent dans la clandestinité espérant ainsi échapper à la persécution.

Au printemps 1942, avec l’aide de plusieurs de ses anciens collègues, Otto Frank aménage un appartement secret dans l’annexe de son entreprise située 263, Prinsengracht. Peu de temps après, quatre autres clandestins se joindront à la famille Frank dans l’Annexe. Il n’y a que peu d’espace dans l’appartement, Anne doit faire profil bas et a souvent peur.

Anne écrit son journal

Anne reçoit un journal à l’occasion de son treizième anniversaire, son dernier anniversaire en liberté. Dans son journal elle décrira la période passée dans l’Annexe mais elle parlera aussi de ses sentiments et de ses pensées. Anne écrira également quelques nouvelles, entamera un roman et notera des extraits de ses lectures favorites dans son ‘Livre de belles phrases’. L’écriture l’aide à passer les journées.

Un jour, Anne entend à la Radio Orange (la radio clandestine des Pays-Bas) un discours du ministre de l’Éducation du gouvernement néerlandais  appelant, à conserver les journaux intimes et autres documents relatant les souffrances du peuple pendant la guerre. Anne décide alors de retravailler ses différents journaux dans le but d’en faire roman titré « l’Annexe ».

Le refuge est découvert

Anne commence à réécrire son journal mais elle ne pourra mener sa mission à bien. Le 4 août 1944, le refuge est découvert. Anne et les autres clandestins sont arrêtés par la police, ainsi que deux de leurs protecteurs. Jusqu’à aujourd’hui le motif de cette descente de police reste encore inconnu.

Les manuscrits d’Anne ont été conservés malgré l’opération policière: deux autres protecteurs parviennent à sauver les papiers avant que l’Annexe ne soit vidée sous ordre nazi.

Anne est déportée à Auschwitz

Par le biais de la Sicherheitsdienst, la maison de détention d’Amsterdam et le camp de transit de Westerbork, les nazis déportent le groupe vers le camps d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Le voyage en train dure trois jours et Anne est entassée dans un wagon à bestiaux avec près de mille autres personnes. Il y a peu d’eau et de nourriture disponibles pendant le trajet et un simple petit tonneau fait office de toilettes.

Dès l’arrivée à Auschwitz des médecins nazis sélectionnent les prisonniers qu’ils jugent capables d’effectuer les durs travaux forcés. Environ 350 membres du transport d’Anne sont directement assassinés. Anne, sa sœur et leur mère se voient internées dans un camp de femmes. Otto est emprisonné dans un camp d’hommes.

Anne périt à Bergen-Belsen

Début novembre 1944 Anne et sa sœur sont transportées vers le camp de Bergen-Belsen. Leurs parents restent à Auschwitz. Dans le camp de Bergen-Belsen les conditions sont dramatiques : il n’y a presque pas de nourriture, il y fait froid et tout comme sa sœur, Anne est atteinte du typhus. Au mois de février 1945, Margot puis Anne décèdent des suites de cette maladie.

Otto, le père d’Anne, est le seul survivant de tous les clandestins réfugiés dans l’Annexe. Il retourne aux Pays-Bas après la libération du camp d’Auschwitz par les troupes russes. Il apprend la mort de sa femme Edith pendant son long voyage de retour. Une fois rentré aux Pays-Bas il apprendra également qu’Anne et Margot ne sont plus en vie.

Le journal d’Anne devient mondialement célèbre

Otto est fortement impressionné par les manuscrits de sa fille. Il y lit qu’Anne rêve d’être romancière ou journaliste et de son projet de faire éditer ses écrits sur la vie dans l’Annexe. Convaincu par des amis, Otto décide de publier le journal. Le 25 juin 1947, paraît Le Journal d’Anne Frank avec un tirage de 3000 exemplaires.

L’histoire ne s’arrête pas là : le livre sera traduit en près de 70 langues, et suivi par une pièce de théâtre et un film. Les gens du monde entier font la connaissance de l’histoire d’Anne. En 1960, l’Annexe deviendra: la Maison d’Anne Frank.

Jusqu’à sa mort en 1980, Otto restera très impliqué dans la Fondation Anne Frank et le musée: il espère que grâce au Journal, les lecteurs prendront conscience des dangers de la discrimination, du racisme et de l’antisémitisme.